Légende

Clari, le saint martyr (également Clarus – latin clair/pur), était un religieux chrétien torturé à mort vers 396. Il appartenait au groupe des premiers chrétiens qui ont été cruellement persécutés pour leur religion et il est donc appelé le premier martyr.  Selon les ossements, il se serait agi d’un homme d’une quarantaine années de petite taille.

La légende raconte que ce religieux et guérisseur a été tué après plusieurs jours de torture cruelle. La raison en était sa réticence à révéler la cachette de deux jeunes personnes qu’il avait précédemment baptisées et mariées. Tout cela contre la volonté de la famille aisée de la jeune fille, furieuse que leur fille ait épousé un jeune esclave. Clari ne voulait ni révéler leur cachette, ni révoquer la bénédiction de Dieu et le sacrement du baptême et du mariage chrétien. Avant sa mort, il fut éborgné et puis jeté dans l’huile bouillante. Une histoire émouvante de son chien fidèle ayant passé plusieurs jours assis sur la tombe de son maître jusqu’à ce qu’il soit emmené de force est liée à cette légende. Pour ses actes, Clari a été canonisé et, compte tenu de la raison et de la façon de mourir, il a été nommé patron des cures thermales, de la médecine douce et patron du sacrement du mariage.

Il occupe une place importante parmi les reliques des saints grâce au titre de premier martyr et au fait que ses reliques sont complètes, ce qui n’est certainement pas fréquent.

Histoire des reliques      

L’obtention des reliques de St. Clari est étroitement liée à la famille aristocratique Aldringen qui a acquis au XVIIe siècle le domaine seigneurial de Teplice. De point de vue de l’histoire de Teplice, le mariage d’Anna von Aldringen avec Hieronymus von Clary est devenu un événement marquant. Ce mariage a en effet uni deux importantes familles aristocratiques ayant contribué de manière significative à la prospérité du domaine seigneurial de Teplice, et ce, jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les reliques du premier martyr chrétien Saint CLARI ont été données par le pape Urbain VIII (pontificat 1623-1644) à l’évêque et prince Jean IV. Marcus von Aldringen, abbé du monastère de Seckau en Autriche. Selon le nom de l’évêque, vous devinerez sûrement qu’il appartenait à la famille Aldringen. Et comme, à cette époque-là, Teplice était déjà connue pour ses sources curatives, les reliques du saint qui est considéré comme le saint patron des cures thermales, étaient littéralement un cadeau du ciel. Si vous avez remarqué une analogie entre Clary et Clari, nous devons vous décevoir. Cette partie de la famille aristocratique de Clary-Aldringen n’avait rien à voir avec la pauvre Clari, bien que cela ait certainement donné de nombreuses fois matière à réflexion. Cependant, st. Clari a ainsi trouvé son chemin vers Teplice et pouvait ainsi exercer directement sur le lieu de travail, comme on dirait aujourd’hui.

Les reliques elles-mêmes ont été transportés à Teplice dans un reliquaire de voyage dont la porte avant en bois munie d’une serrure et de l’inscription latine CORPUS SANCTI CLARI (ossements de Saint Clari) et la porte arrière munie d’une serrure et de l’inscription DONUM SUMI PONT (don du Saint-Père) se sont conservées. À l’intérieur du reliquaire de transport, les reliques ont été placées sur des coussins en velours rubis sur lesquels elles reposent jusqu’à nos jours. Les deux planches originales du reliquaire de transport sont placées dans un reliquaire baroque qui n’était plus utilisé, à gauche devant l’entrée dans cette chapelle.

Après avoir été transférées à Teplice, les reliques ont été déposées par l’évêque Johan IV. Marcus von Aldringen dans le nouveau reliquaire baroque avec la couronne du martyr et de nombreux accessoires qui ornaient les reliques. Ce reliquaire original se trouve également à gauche devant l’entrée de la chapelle de St. CLARI à l’exception de la couronne décorative, après la Seconde Guerre mondiale, il ne restait plus rien de la décoration d’origine faisant partie du reliquaire. C’était comme ça à l’époque.

La partie supérieure du reliquaire est partiellement vitrée, la partie avant est entièrement vitrée. Elle est recouverte de trois plaques mobiles avec les inscriptions dorées : CORPVS CLARI / SANCTI MARTYRIS (corps de CLARI / saint martyr).

Patron

St. CLARI est le patron des cures thermales et de la médecine douce ainsi que des sacrements du mariage. Sa «mort chaude» est associée au patronage de la «cure chaude», c’est-à-dire la cure dans les sources thermales. Les reliques sont visitées avant tout par les clients malades qui se soignent dans les sources thermales pour y prier pour la guérison de leurs corps.

De même, les gens qui entrent dans le sacrement du mariage, ou ceux, dont la relation conjugale est en crise, viennent également.